Nyar-Lab#1, note d’intention

bandeau_nyarlab

Nyar-Lab#1, note d’intention

L’oeuvre de Lovecraft, du moins sa perception, a paradoxalement pâti de sa notoriété (notoriété dont Lovecraft lui-même n’aura pas profité). La première « défiguration » est due à l’un de ses amis épistolaires : l’écrivain August Derleth qui a fini par imposer auprès du public l’idée d’un mythe de Cthulhu, d’un panthéon organisé et hiérarchisé : vision cosmogonique à la sauce gréco-romaine, rassurante en définitive, mais totalement étrangère à Lovecraft. Quelques décennies plus tard, le jeu de rôle L’Appel de Cthulhu (la première édition date de 1981) a contribué à graver dans l’onyx cette sorte de rationalisation mythologique.

 

Lovecraft n’est plus la lecture fiévreuse de quelques « happy few », ses créatures sont devenues mémétiques, déclinables en produits dérivés, peluches, tee-shirts, jeux de cartes, artefacts culturels pour geeks, jetés pêle-mêle avec la maquette de l’Enterprise, les figurines à peindre de la Communauté de l’Anneau et les baguettes magiques griffées Poudlard.

 

Pourquoi alors nous saisir à notre tour de la dépouille de Lovecraft ? Parce que nous le lisons depuis notre enfance, que nous lui devons nos premiers frissons littéraires, nos premières terreurs métaphysiques et que nous avons envie de vous faire partager une vision singulière et personnelle de son œuvre, débarrassée, dépolluée, autant que faire se peut, des filtres déformants mentionnés précédemment.

 

Dans notre projet Nyarlathotep, il n’y aura pas de créatures tentaculaires et protéiformes, pas de Grands Anciens, les livres maudits auront l’apparence de romans de gare et les sectateurs dégénérés de banals sociopathes. L’horreur sera avant tout intérieure, intime. Le héros lovecraftien est un être sidéré, compulsif et impuissant face à l’abîme dans lequel il finit, quoi qu’il tente, par sombrer. Nous nous sommes demandé comment figurer cette impuissance, cette destinée inéluctable dans une fiction interactive sans restreindre la dimension ludique. Nous avons trouvé une solution originale et riche en potentiel dont nous vous parlerons dans un prochain Nyar-Lab.